Les huiles marocaines sont une pure bénédiction pour le Royaume, particulièrement l'huile d'argan du Maroc qui génère une source économique indispensable pour le pays. L'arganier, cet arbre généreux du Maroc, pousse à l'état sauvage, et est, depuis des siècles, porteur d'une huile bio qui succiste actuellement de l'intérêt.


L'huile d'argan du Maroc


L'extraction de l'huile d'argan du Maroc se fait à partir d'amendons contenus dans le fruit de l'arganier. Autrement dit, sans fruit, pas d'huile ! Certains pays comme le Mexique ont tenté la semence d'arganiers mais les arbres n'ont pas donné de fruit. Récemment, c'est au tour d'Israel de testé. L'avenir nous en dira plus mais en attendant le Maroc a le monopole. La concentration d'arganiers se fait sur de vastes étendues dans la région du Sud-Ouest et en particulier la plaine du Souss, aux alentours d'Agadir. Avec plus de 800 000 hectares plantés, le Maroc est fournisseur d'huile d'argan de plus de 4000 tonnes de litres. L'accroissement de la demande d'huile d'arganier en Occident a débouché sur la création de coopératives féminines d'argan, dans le but de produire une huile de qualité répondant à un cahier des charges précis mais aussi à favoriser et améliorer les conditions de travail des femmes, spécialistes depuis des siècles dans ce domaine.


L'arganier, une bénédiction pour le pays et le peuple


L'extraction d'huile d'argan du Maroc est à l'origine de plusieurs millions d'emplois dans les coopératives marocaines. A cela, s'ajoute un nombre incroyable de femmes berbères qui en produisent de manière ancestrale, c'est à dire sans machine, pour leurs besoins personnels ou encore pour vendre au bord des routes. Outre l’amélioration du statut sociale de la femme, l’huile d’argan marocaine est une source d’emploi et de revenu, même modeste. Depuis 1998, une zone de forêt d'arganiers compris entre Essaouira et Agadir bénéficie du statut de « réserve de biosphère » délivré par l’UNESCO dans le but de protéger l'arganeraie.